lundi 25 septembre 2017
Accueil > Bébé 0-3 ans > Eveil / Développement > Apprentissage de la propreté : 10 conseils de mamans

Apprentissage de la propreté : 10 conseils de mamans

Apprentissage de la propreté : 10 conseils de mamans

apprentissage-proprete-conseils-mamans

Quand on est parent, on sait pertinemment qu’il y a:
– d’un côté, la théorie : belle, enjoliveuse, parfaite, idéale et tellement évidente.
– de l’autre côté la pratique: souvent moins rose, plus pragmatique, beaucoup plus complexe, pour ne pas dire laborieuse.

Et lorsqu’il est question de l’apprentissage de la propreté, les « classiques conseils théoriques » foisonnent : « laissez le temps faire les choses« , « soyez patient« , « vous saurez quand votre enfant sera prêt« , « expliquez-lui« , « félicitez-le« , « laisse-le les fesses à l’air ou en culotte« , « privilégiez des habits faciles à retirer« , « les garçons sont souvent plus tardifs à être propres que les filles« , « l’été est la période idéale pour l’apprentissage de la propreté« , etc, etc.
Oui, vous savez tout ça, vous le mettez déjà en pratique et vous connaissez votre enfant mieux que quiconque, sauf que pour une raison que vous ignorez, cela ne marche pas et vous en déduisez qu’il vous manque ce petit je-ne-sais-quoi.

A l’approche de la rentrée scolaire (voire ses 3 ans passés), votre bébé n’est toujours pas propre et vous désespérez de le voir un jour faire ses petites affaires sur le pot. Votre objectif principal de cette rentrée scolaire : qu’il soit propre !
Pas de panique ! Les dégourdis ont mené leur enquête auprès de mamans dégourdies, qui vous font part de leurs petits trucs et astuces qui ont vraisemblablement donné un vrai coup de boost dans l’apprentissage de la propreté de leurs enfants. Des conseils qui sortent de la belle phraséologie théorique, des conseils très pratiques donc, que vous pouvez tester si vous êtes à cours d’idées.

1. Des culottes à l’effigie de son personnage préféré

apprentissage-proprete-culotte« Aller sur le pot? Ma fille ne voulait rien savoir. A 2 ans et demie, je savais qu’elle était parfaitement prête, qu’elle maîtrisait son sphincter, mais la petite chipie prenait un malin plaisir à toujours faire dans la couche, puis venait me signaler toute souriante, comme pour me narguer, qu’elle avait fait la petite (ou grosse d’ailleurs) commission comme à l’habituée.
Ayant déjà essayé plusieurs « trucs » sans succès, et ne croyant pas vraiment à ma nouvelle idée, je suis néanmoins allée lui acheter quelques culottes à l’effigie de Hello Kitty, personnage qu’elle affectionne particulièrement. Sans doute pourrait-elle ainsi matérialiser la propreté autrement que par le pot ou les toilettes, qui ne sont, avoue-le, pas vraiment attrayants ! J’ai donc judicieusement emballé les culottes dans un papier cadeau que je lui ai présenté à un moment opportun.
Sa réaction fut mythique !  Elle a de suite été sur-excitée à l’idée de porter les culottes. Elle n’a cessé de commenter Hello Kitty, de scruter les moindres détails des culottes et d’admirer les dessins. C’était gagné : du jour au lendemain, ma fille était propre ! »

Sandy, maman d’une petite fille devenue propre à 2 ans et demie.

2. L’école, sa meilleure motivation

apprentissage-proprete-ecole« A 3 semaines de la rentrée scolaire, autant dire que ce n’était pas gagné ! Pourtant ce n’est pas faute d’avoir tout essayé dès 2 mois et 7 mois : le pot, le réducteur, les toilettes, les histoires, les livres, les différentes pièces de l’appart, les différents moments de la journée, les encouragements, les félicitations, les conseils d’amies pris ci et là, une éventuelle routine de propreté, bref, rien ne marchait réellement. Sa seule motivation fut la rentrée scolaire, en d’autres termes, intégrer l’école des grands, là où les enfants font leur besoins aux toilettes. Ca a été comme un déclic : « Moi, je veux devenir grand. Je ne suis plus un bébé! ». Du coup, mon fils a été propre en journée juste avant la rentrée scolaire. Je m’en suis plus tard un peu voulu d’avoir stressé. Sans doute lui avais-je aussi fait ressentir mon anxiété ? Car finalement, il ne fallait pas s’en faire! » 

Lisa, maman d’un petit garçon devenu propre à 3 ans et 2 mois.

3. Le Canard WC en disque

apprentissage-proprete-canard-wc« J’avais essayé à plusieurs reprises d’enlever la couche pour laisser mon fils les fesses à l’air. Il y a eu quelques petits accidents, parfois anodins, parfois volontaires (il me semblait). L’apprentissage de la propreté fut compliqué et laborieux. On a fait beaucoup de tentatives sur le pot, avec et sans livre, généralement pas plus de 10 minutes, dans la salle de bain et dans d’autres pièces de la maison, parfois devant la TV (je dois avouer), seul ou accompagné, mais rien n’y faisait : le pot ne semblait pas lui plaire.
Par hasard, un jour après que j’ai nettoyé la cuvette des toilettes, mon fils se décida à faire pipi directement sur les toilettes. J’avais mis du Canard WC en disque dans la cuvette (voir le produit ici), et sans doute que l’odeur alléchante et la couleur vive l’attira plus que d’accoutumée. Le simple fait de faire pipi sur le produit et de le voir changer de couleur et s’estomper a été une révélation ! 🙂 »

Héléna, maman d’un petit garçon devenu propre à 2 ans et 11 mois.

4. Un pot de compétition !

apprentissage-proprete-pot-fisher-price« Par chance, je n’ai pas eu à me poser trop de questions. On m’avait prêté un super pot de compétition à la naissance de mon fils, le pot « Mes premières toilettes » de Fisher Price, que j’ai pu mettre à profit à l’heure venue. C’est un pot avec toutes les fonctionnalités (ou presque) de vraies toilettes. Il a une chasse d’eau, un porte papier toilette, un couvercle, et des effets sonores plus vrais que vrais. Je n’aurais surement pas acheté ce type de pot très ludique, donc ça tombait très bien, car je pense que c’est ce qui a motivé mon fils pour devenir propre. Ceci dit après un mois d’utilisation, il a voulu faire comme les grands, et aller aux toilettes directement. Tant mieux ! »

Nathalie, maman d’une petit garçon devenu propre à 2 ans et 3 mois.

5. Faire comme les grands

apprentissage-proprete-pot-grand
Crédit : Flickr, Tedd Morris

« Je n’ai pas vraiment d’astuces à donner. La seule qui ait sans doute marchée pour ma fille, c’est de vouloir sans cesse voir comment font les grands.
A chaque fois que mon mari, mon aîné ou moi-même allions aux toilettes, il fallait qu’on laisse la porte ouverte pour que petite dernière puisse nous épier. Cela nous a beaucoup fait rire au début, et puis c’est devenu une routine. Elle nous observait faire nos besoins, puis nous essuyer, puis se rhabiller et tirer la chasse. Ensuite, elle a simplement voulu nous copier, pour faire, elle aussi, pipi et caca « comme une grande« . »

Cindy, maman d’une petite fille devenue propre à 2 ans et 4 mois.

6. Une poupée qui fait pipi

apprentissage-proprete-poupee-pipi« Le passe-temps préféré de notre fille ? Jouer avec ses innombrables poupons et poupées. A deux ans et 8 mois, on peut dire qu’elle leur fait faire absolument tout : elle leur donne à manger, elle leur fait prendre leur bain, elle les coiffe, elle les couche, etc. Les bébés font partie intégrante de son quotidien, et par conséquent, du nôtre aussi.
Lors de l’introduction à la propreté, il était donc tout naturel que les bébés s’y collent aussi. Nous avons acheté, pour le plus grand plaisir de notre fille, une poupée qui fait pipi avec un biberon et un mini pot (comme celles-ci). Si la poupée faisait pipi « comme une grande » sur le pot, alors elle aussi pouvait le faire. Aller sur le pot en même temps que sa poupée fut pour elle non seulement une formidable source de motivation, mais également un divertissement sans égal.
Nous sommes très heureux que l’apprentissage de la propreté se soit passé de la sorte… sauf que le bébé ne s’arrêtait jamais de faire pipi, qu’il inondait à chaque passage le sol des toilettes et qu’il fallait sans cesse nettoyer le pipi de bébé, en plus du « vrai » pipi de notre fille dans le pot ! » 🙂

Audrey, maman d’une petite fille devenue propre à 2 ans et 8 mois.

7. La danse du « youpi-youpipi » et du « youpla-youcaca »

apprentissage-proprete-danse-youpipi« Pour ma fille, tout résidait dans le sentiment de fierté que lui procurait les félicitations. J’ai inventé une petite danse que je faisais à chaque fois qu’elle faisait pipi ou caca sur le pot. C’était un moyen de lui dire « bravo, super, je suis fière de toi ». J’ai baptisé cette danse le « youpi-youpipi » et le « youpla-youcaca ». 
Dès qu’il y avait un pipi dans le pot, je dansais et chantais le « youpi-youpipi« , et lorsqu’il y avait caca, je dansais et chantais le « youpla-youcaca« . Ca la faisait beaucoup rire et lui a donné envie d’aller faire sur le pot juste pour voir maman faire sa petite danse. A tel point qu’elle s’est ensuite mis à danser elle-même :-). » 

Cécile, maman d’une petite fille devenue propre à 2 ans et 10 mois.

8. L’obsession de la propreté

apprentissage-proprete-obsession« La première phase de motivation pour aller sur le pot n’était pas simple. Il a fallu user de différents stratèges pour que ma fille veuille bien aller poser ses fesses (et rester!) sur le pot. En revanche, une fois qu’elle eu pris conscience de l’importance de la propreté, notre fille voulait être propre dans tous les sens du terme. Non seulement aller faire pipi et caca ne la dérangeait plus, mais elle voulait aussi prendre du papier toilette pour s’essuyer seule, vider le pot seule, aider à laver le pot et tirer la chasse elle-même. Notre petite routine était installée. »

Magalie, maman d’une petite fille devenue propre à 2 ans et demie.

9. Au revoir pipi, au revoir caca

Credit: Fickr, majorvols
Crédit : Fickr, majorvols

« Alors nous, notre rituel c’était de dire « au revoir pipi » et « au revoir caca » avant de rincer le pot ou de tirer la chasse. Rien de plus ! Ce n’est pas vraiment une astuce, mais en tout cas, cela était nécessaire au bon déroulement de l’apprentissage de la propreté pour ma fille.
Ma fille était triste à chaque fois qu’elle faisait ses besoins car elle voyait partir une partie d’elle. Dire « au revoir » l’aidait à « faire son deuil », en quelque sorte. »

Aude, maman d’une petite fille devenue propre à 2 ans et 9 mois.

10. Le livre de la taupe

apprentissage-proprete-livre-taupe« La propreté ? Waouh, quelle aventure ! Lorsque l’on a décidé d’enlever la couche (vers 2 ans), mon fils n’avait aucun problème pour aller faire pipi sur le pot. Par contre, pour le caca, c’était une toute autre histoire ! Il lui était tout simplement impossible de faire caca sur le pot ou sur les toilettes. Lorsqu’il avait envie de faire la grosse commission, il se débrouillait pour aller se cacher et faire caca dans son slip… à tous les coups ! Même si on connaissait les heures approximatives de « grosse commission » et qu’on le préparait à aller sur le pot, il se retenait de tout son corps (et coeur) pour ne pas faire sur le pot, et finissait par faire dans son pantalon au moment qu’il lui était opportun.
Sur le conseil d’une amie, j’ai fini par acheter l’histoire de la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête. Ce livre a eu un effet magique que je ne peux expliquer. Cette histoire de taupe a encouragé mon fils a aller sur le pot pour faire pipi ET caca. Suite à quoi il a été propre en journée, presque du jour au lendemain (mais après env. 10 mois de déboires quotidiens). Merci la taupe ! »

Virginie, maman d’un petit garçon devenu propre à 2 ans et 10 mois.

Et vous, quels ont été vos trucs et astuces pour rendre l’apprentissage de la propreté plus facile ou divertissant chez votre enfant ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *